Rémy POLLET 1948

Sans titre

RP-13-2018

RP-10-2017

RP-24-2018

RP-47-2016

RP-14-2014

RP-12-2020

RP-15-2018

Sans titre

1997
Huile sur toile
145,5 x 114 cm

RP-13-2018

2018
Encre de Chine sur papier
73 x 103 cm

RP-10-2017

2017
Encre de Chine sur papier
74 x 53,5 cm

RP-24-2018

2018
Encre de Chine sur papier
73 x 50,5 cm

RP-47-2016

2016
Encre de Chine sur papier
74 x 52,5 cm

RP-14-2014

2014
Encre de Chine sur papier
74 x 53 cm

RP-12-2020

2020
Encre de Chine sur papier
75 x 54 cm

RP-15-2018

2018
Encre de Chine sur papier
73 x 102,5 cm

De mon enfance, je garde quelques souvenirs marquants de l’univers décoratif de la maison familiale. Très jeune, mon attention se portait sur des objets et du mobilier XVIIIème pour lesquels j’éprouvais une attirance particulière. La relation avec cet ensemble ferait plus tard écho à mon envie d’art de vivre. Parallèlement, Je trouvais dans l’atelier de peinture de ma mère, une écoute et surtout un appui de celle qui défendrait mon souhait de poursuivre un parcours artistique. À 18 ans je rejoins l’école d’arts graphiques et photographiques de Vevey tout en suivant les cours des Beaux-Arts. La photographie et la peinture : Deux passions qui ne me quitteront plus et que je ne cesserai de faire cohabiter.

En 1972, je crée mon premier studio photographique professionnel auquel j’y ajouterai rapidement un atelier de peinture. Associer les arts décoratifs à la peinture contemporaine et à la photographie nourrit ma passion de collectionneur depuis longtemps. J’ai toujours été attentif au décloisonnement des styles pour enrichir mon univers culturel. Dans les années 90, mon travail pictural s’oriente vers la monochromie. Le gris et le noir sont prédominants. Les toiles à l’huile riches en matière, « asphaltiques » qui reflètent ma volonté de faire cohabiter des oppositions : matité et brillance, opacité et transparence. Sensible au sens des formes et de la lumière, j’ai trouvé dans mon univers artistique une réponse à cette recherche d’équilibre. C’est 10 ans plus tard que l’encre de chine va me guider vers une nouvelle approche picturale, une autre écriture : « une expression libre qui permet d’obtenir des noirs profonds, sans remords, sur des papiers choisis » ( cf « Vibrations » Rémy Pollet- Editions Snel-2016 )

Rémy Pollet