Alicia PENALBA (1913-1982)

Rumeur d'ailes, 1974

Scherzando, 1974

Ancêtre papillon, 1955

Ailealix, 1961

  • Rumeur d'ailes, 1974

    Bronze sur socle en marbre noir
    Signé et numéroté APenalba 5/8
    Cachet du fondeur Tesconi, c.1975
    Édition de huit produit par les fonderies Da Prato, Valsuani et Tesconi.
    52 x 45 x 47 cm (20 1/2 x 17 3/4 x 18 1/2 inches)

    Details Contactez nous

  • Scherzando, 1974

    Bronze sur socle en marbre noir de Mazy
    Signé et numéroté APenalba 2/8
    Cachet du fondeur Tesconi, c.1975
    Édition de huit plus une épreuve d'artiste
    58 x 58 x 54 cm (22 7/8 x 20 1/2 x 21 1/4 inches)
    104 x 55 x 55 cm, avec socle (41 x 21 5/8 x 21 5/8 inches, with base)

    Details Contactez nous

  • Ancêtre papillon, 1955

    Bronze sur socle en marbre
    Signé et inscrit Penalba épreuve d'artiste
    Cachet du fondeur A. Vaslsuani, 1961
    Édition de six plus une épreuve d’artiste et épreuve en terre cuite.
    74,5 x 30 x 26 cm (29 3/8 x 11 3/4 x 10 1/4 inches)

    Details Contactez nous

  • Ailealix, 1961

    Bronze sur socle en marbre noir de Mazy
    Signé et inscrit Penalba épreuve d'artiste
    Cachet du fondeur A. Vaslsuani, 1962
    Édition de six plus une épreuve d’artiste et épreuve en terre cuite.
    22 x 38 x 22 cm (8 5/8 x 15 x 8 5/8 inches)
    39 x 38 x 22 cm, avec base (15 3/8 x 15 x 8 5/8 inches, with base)

    Details Contactez nous

Rumeur d'ailes, 1974

Bronze sur socle en marbre noir
Signé et numéroté APenalba 5/8
Cachet du fondeur Tesconi, c.1975
Édition de huit produit par les fonderies Da Prato, Valsuani et Tesconi.
52 x 45 x 47 cm (20 1/2 x 17 3/4 x 18 1/2 inches)

Scherzando, 1974

Bronze sur socle en marbre noir de Mazy
Signé et numéroté APenalba 2/8
Cachet du fondeur Tesconi, c.1975
Édition de huit plus une épreuve d'artiste
58 x 58 x 54 cm (22 7/8 x 20 1/2 x 21 1/4 inches)
104 x 55 x 55 cm, avec socle (41 x 21 5/8 x 21 5/8 inches, with base)

Ancêtre papillon, 1955

Bronze sur socle en marbre
Signé et inscrit Penalba épreuve d'artiste
Cachet du fondeur A. Vaslsuani, 1961
Édition de six plus une épreuve d’artiste et épreuve en terre cuite.
74,5 x 30 x 26 cm (29 3/8 x 11 3/4 x 10 1/4 inches)

Ailealix, 1961

Bronze sur socle en marbre noir de Mazy
Signé et inscrit Penalba épreuve d'artiste
Cachet du fondeur A. Vaslsuani, 1962
Édition de six plus une épreuve d’artiste et épreuve en terre cuite.
22 x 38 x 22 cm (8 5/8 x 15 x 8 5/8 inches)
39 x 38 x 22 cm, avec base (15 3/8 x 15 x 8 5/8 inches, with base)

« Volcans et glaciers du grand Sud d’Amérique – de l’Amérique du Sud – ont été de bons professeurs pour nous autres, petits créateurs nés en ce lointain silence.». Pablo Neruda, Pour Alicia Penalba (Paris, 1972), in Alicia Penalba, catalogue d’exposition, Genève, Artel, 1975

Née en 1913 en Argentine, Alicia Rosario Pérez Penalba est considérée comme une des grandes figures de la sculpture d’Après-Guerre, l’une des rares femmes sculptrices des années 1950 à avoir obtenu la reconnaissance internationale. Profondément marquée par le souvenir des paysages sauvages de son enfance, Penalba porte son oeuvre tout à la fois vers l’éclatement des formes, la conquête des espaces et la monumentalité.

Arrivée à Paris en 1948 pour poursuivre ses études, Penalba découvre et fréquente les grands maîtres de l’avant-garde, dont Brancusi, Giacometti et Arp. Affirmant son univers personnel, elle vient à l’abstraction de manière radicale en 1951 : elle s’isole dans son atelier de Montrouge, détruit la quasi totalité de ses oeuvres antérieures et crée sa première sculpture non figurative, confirmant les propos de son premier biographie Patrick Waldberg, « sa vie est un roman de l’énergie, comme eu aimé le concevoir Bazac. »

En 1957, elle réalise sa première exposition personnelle à la galerie du Dragon où elle rencontre déjà un vif succès, puis obtient le Grand Prix de Sculpture à la VIe Biennale de Sao Paulo en 1961, dix ans seulement après ses débuts. 

Ses première sculptures appartiennent à la série des « Totems » (1952-57), tel Passion de la Jungle, représentatif des rythmes verticaux et resserrés de ses premiers travaux. Erigés vers le ciel, semblant renfermés des cavités énigmatiques, ces bronzes sont animés d’une forte dimension métaphysique ; c’est le cas d’Ancêtre papillon (1955), dont un exemplaire a été exposé au Solomon R. Guggenheim de New-York en 1958, durant sa première exposition aux Etats-Unis.

Après la série des « liturgies végétales », encore marquée par la dimension verticale, on observe avec celle des « Doubles » l’ouverture du volume qui s’expose davantage au regard du spectateur (Double sorcier (1956), Le Surveillant des rêves (1957). Les rythmes entre le plein et le vide se font plus saillants, accentuant le jeu sur la concavité et l’imbrication des rythmes verticaux.  

A la fin des années 1950, la série des « Ailées » consacre l’éclatement des rythmes verticaux et la conquête de l’horizontalité, les éléments se superposant dans un équilibre fragile des couches, permettant à la lumière de pénétrer jusqu’au coeur de l’oeuvre. La spectaculaire Grande Imanta (1962), qui fut exposé en 1967 lors de sa première exposition personnelle à la galerie Alice Pauli, témoigne de cette évolution. 

Enrichissant sans cesse sa pratique, recevant des commandes lui permettant de s’exprimer dans de vastes espaces, Penalba se confronte à la monumentalité. Les rythmes se multiplient sous forme de dialogue avec l’espace, tel qu’en témoigne Forêt noire (1958), ou Petit dialogue (1961), qui annonce ses projets de miroirs d’eau, comme celui conçu pour le siège de la société pharmaceutique Roche en 1971. 

Dans un ultime développement de sa pratique, Penalba part à la conquête des parois murales avec la série des « éléments multiples » ; les reliefs autonomes  comme l’exprime Les amants multiples (1960). 

La vie d’Alicia Penalba s’achève tragiquement en 1982 lors d’un accident de voiture. Ses créations sont déjà présentes dans de nombreuses collections à travers le monde, telles que Musée d’Art Moderne de paris, le Centre Georges Pompidou, le Rijksmuseum Kröller-Müller à Otterlo, le Museo Nacional de Bellas Artes à Buenos Aires ou la Phillips Collection à Washington D.C. Les oeuvres d’Alicia Penalba sont également visibles dans des espaces qui lui ont commandé des oeuvres monumentales, comme la Fondation Pierre Gianadda à Matigny, en Suisse ou l’école supérieure de commerce à Saint-Gall, en Suisse.

CV Penalba Alicia